Les VFI (Vêtements de travail à flottabilité intégrée)

Le VFI (Vêtement de travail à Flottabilité Intégrée) est un équipement de protection individuelle (EPI) destiné à prévenir le risque de noyade en cas de chute à la mer.

L’actualité nous montre que le VFI sauve des vies, la question de son utilité ne se pose donc pas. Par ailleurs, porter un VFI est obligatoire depuis 2007 pour tous les marins professionnels lorsqu’ils sont exposés à un risque de chute à la mer. Cependant, reste la question du type et du modèle de VFI que l’on va choisir dans le cadre de son activité professionnelle. La réponse se situe tant au niveau réglementaire que technique. Bien maîtriser ces éléments est essentiel pour orienter son choix. C’est tout l’objet de ce dossier.

Lire la suite

Récupération d’un homme à la mer – Tests de matériels

Tests de matériel de récupération d'homme à la mer

Tests de matériel de récupération d’homme à la mer

Dans le cadre de son travail de prévention des risques de noyade, l’IMP a décidé, après les VFI et les balises individuelles de localisation, de tester différents matériels de récupération de l’homme à la mer.

Des essais ont été effectués à bord d’un chalutier et d’un fileyeur lorientais avec la participation active des équipages.

Les images tournées à l’occasion de ces essais ont pour objectif de provoquer la discussion autour des moyens et procédures de récupération d’un homme à la mer en vue de produire un document d’information à destination des marins pêcheurs professionnels.

Accéder aux vidéos

POINT PRÉVENTION N°3 – Le choix du VFI appartient à ceux qui les fournissent et qui les portent

Un chalutier de moins de 12 mètres, armé par trois hommes, est en pêche sur des fonds de 20 à 30 mètres, où le risque de « croche » n’est pas nul. Le patron est à la conduite du navire, les deux matelots, une main sur la fune l’autre sur le volant des freins de treuil, prêts à réagir à la moindre tension excessive sur les câbles. Les deux matelots portent par dessus leurs vêtements un VFI de type gilet à gonflement automatique de 150N. La pluie se met à tomber. Les deux matelots quittent leur poste pour décapeler leur V.F.I, enfiler une vareuse (accrochée sur l’arrière de la timonerie fort exiguë) et remettre leur V.F.I par dessus.
C’est à ce moment que l’engin de pêche « croche » le fond, provoquant la rupture à bâbord d’un des éléments du train de pêche puis le retournement du navire en quelques secondes et la chute à la mer des hommes se trouvant sur le pont . Un des matelots n’ayant pas fini de remettre son V.F.I ne pourra être réanimé par les secours.

Lire la suite