POINT PRÉVENTION N°7 – Le transport du personnel sur des remorques dans les entreprises conchylicoles

Dans certaines entreprises conchylicoles, le transport du matériel s’effectue à l’aide d’une remorque attelée à un tracteur. Il est fréquent qu’elle soit également utilisée pour transporter le personnel sur l’estran. Cette situation peut exposer les salariés à des risques professionnels et générer des accidents du travail. Au travers du récit d’un accident fictif, ce « Point Prévention » vous informe sur les mesures de prévention à observer pour réduire ce type de risques. Lire la suite

POINT PRÉVENTION N°5 – Une jambe fracturée suite au ripage d’une charge

Point Prévention n°5En juin, peu avant midi, un remorqueur accoste bâbord contre la plate-forme pétrolière à servir. Son pont de chargement est exigu et bas sur l’eau par rapport à celui du supplier habituellement utilisé pour cette opération. Pour le déchargement des colis trois membres de l’équipage sur le pont du remorqueur collaborent avec un grutier utilisant la grue tribord de la plateforme exposée au vent et à la houle. La grue bâbord mieux protégée du vent et de la mer ce jour-là ayant une portée insuffisante. Lire la suite

POINT PRÉVENTION N°3 – Le choix du VFI appartient à ceux qui les fournissent et qui les portent

Un chalutier de moins de 12 mètres, armé par trois hommes, est en pêche sur des fonds de 20 à 30 mètres, où le risque de « croche » n’est pas nul. Le patron est à la conduite du navire, les deux matelots, une main sur la fune l’autre sur le volant des freins de treuil, prêts à réagir à la moindre tension excessive sur les câbles. Les deux matelots portent par dessus leurs vêtements un VFI de type gilet à gonflement automatique de 150N. La pluie se met à tomber. Les deux matelots quittent leur poste pour décapeler leur V.F.I, enfiler une vareuse (accrochée sur l’arrière de la timonerie fort exiguë) et remettre leur V.F.I par dessus.
C’est à ce moment que l’engin de pêche « croche » le fond, provoquant la rupture à bâbord d’un des éléments du train de pêche puis le retournement du navire en quelques secondes et la chute à la mer des hommes se trouvant sur le pont . Un des matelots n’ayant pas fini de remettre son V.F.I ne pourra être réanimé par les secours.

Lire la suite

POINT PRÉVENTION N°2 – Chute… d’un nouvel embauché

Dix heures du matin, à quai, les opérations d’avitaillement sont en cours sur le chalutier de 33 mètres.

Un chariot-automoteur conduit par un employé de la société en charge de l’exploitation du port dépose deux piles de caisses vides sur le quai, au droit du panneau de cale. Le maitre d’équipage, grutier en titre (il a suivi une formation spécifique), est occupé sur le pont de pêche arrière à l’enroulement d’un chalut. Soucieux de quitter le port à l’heure prévue, le second prend les commandes de la grue et demande à un matelot présent sur le quai pour le changement de chalut, d’élinguer la pile de caisses. Le matelot s’exécute rapidement – le bosco a besoin de lui – sans même se rendre compte que la charge à soulever est légèrement en dehors de la zone d’apiquage de la grue. Le second, depuis le poste de conduite de la grue, ne s’aperçoit pas non plus que l’extrémité de la flèche n’est pas à l’aplomb des piles de caisses. Alors qu’il vire le câble, sans précaution, un stagiaire, ne connaissant pas le navire, à la recherche du patron, s’approche du bord du quai. Lire la suite

POINT PRÉVENTION N°1 – Intoxication au gaz

De retour d’une campagne de pêche, les marins procèdent au nettoyage de l’usine avant de quitter le bord. Cette opération est fréquente et consiste à pulvériser un produit chimique en solution pour décaper et nettoyer toute la ligne de traitement des captures. La campagne a été longue et les marins ont hâte de rentrer à la maison. L’un d’eux décide d’associer deux produits chimiques pour accélérer le nettoyage. Malheureusement, les deux produits ne doivent pas être mélangés et une réaction chimique avec dégagement d’un gaz irritant se produit. Rapidement, le marin ressent de forts picotements aux yeux, sur la peau et dans les voies respiratoires. Il suffoque et perd connaissance… Le bruit de sa chute alerte les autres marins qui l’évacuent d’urgence hors de l’entrepont. Les secours, prévenus aussitôt, arrivent rapidement sur le quai et prennent en charge la victime. Diagnostic : brûlure des voies respiratoires. Lire la suite